Torre-Palacio de Murga

L’imposante Tour des Murga fut érigée entre 1270 et 1272 sur la rive droite de la rivière Izoria, sur ordre de Juan Sánchez de Murga (dit « Chicubín »), huitième Seigneur d’Ayala et fondateur de la lignée des Murga.

La tour originale était un édifice de plan rectangulaire, de 8,50 de long sur 12,15 m de large. L’édifice actuel a été rabaissé à une hauteur de 11,8 m (au niveau du plancher du troisième étage). La raison d’être tactique et militaire de la tour résidait dans son emplacement sur le promontoire ; tout était organisé en fonction de ce dernier, même la résidence du seigneur. La tour est située précisément là où elle obtient ses ressources financières, comme le pont qui traversait la rivière et quelques moulins, que les documents décrivent « collés » à l’édifice. L’église San Juan, qui bénéficia aussi du patronage du lignage de la tour, se trouve dans la localité de Murga, à proximité. La tour ne cherchait pas à contrôler stratégiquement un territoire donné, pas même un tronçon de route. Elle ne servait qu’à un contrôle ponctuel, effectif, immédiat et indiscutable de certaines ressources financières essentielles pour la famille des Murga.

Il semble que la transformation de l’édifice militaire en palais se produisit pendant la période où Sancho García de Murga exerça la tutelle des jeunes héritiers de Murga et des biens de la famille. De par sa nature, la construction d’un palais constitue le reflet d’un contexte sociopolitique complètement différent à celui qui existait dans les dernières décennies du XVe siècle. Proportionnellement, la distance conceptuelle entre la tour et le palais équivaut à celle entre la société de la moitié du XVe siècle et celle de la moitié du XVIe. Dans le contexte politique, la tour commençait à jouer un rôle central comme palais résidentiel et comme symbole de l’ancienneté du lignage.

Mais peu de temps s’écoula jusqu’à une nouvelle et profonde rénovation de la Tour-Palais de Murga. L’édifice, avec ses transformations, trahit l’évolution du lignage, des modes de vie et de la conception des espaces. Visuellement, c’est cet édifice qui parviendra jusqu’à nos jours. Il dépasse le fonctionnalisme qui se limite à répondre avec efficacité aux besoins de la vie résidentielle et acquiert un poids plus symbolique. Il ne suffit plus de vivre confortablement dans un édifice qui satisfait de manière appropriée aux besoins vitaux d’une famille noble : le palais doit être l’expression évidente d’un statut.

Dans son aspect extérieur, la configuration de l’édifice évolua très peu durant trois siècles, et même actuellement. Hormis quelques détails, rien n’a changé depuis le dernier agrandissement du palais, mais l’intérieur a quant à lui subi quelques aménagements.

L’ensemble perd définitivement sa place centrale dans l’organisation de la vallée, en tout cas comme centre de pouvoir. La famille qui avait donné son nom à la propriété l’abandonne à ce moment-là, quand elle ne satisfait plus à ses besoins. Le majorat de Murga restera indivisible, mais il représentera à chaque fois une partie de plus en plus réduite du patrimoine des aînés, puisque les alliances matrimoniales successives accumulent dans quelques mains des majorats et des possessions d’origines très diverses. Ce phénomène sera à l’origine de l’ascension de certaines personnalités dans la noblesse castillane.

Ni la tour, ni le palais, n’auront de raison d’être en tant que tels. Pas plus que l’enceinte défensive ni le symbole d’une ancienne souche. Son utilité dans le majorat passe aux mains de nouveaux seigneurs, des paysans plus ou moins aisés qui, en tant que locataires, redonnent vie à l’édifice.

À partir de la moitié du XVIIe siècle, la tour est abandonnée par les seigneurs et louée à des agriculteurs et éleveurs, souffrant alors de légères modifications.

Actuellement, les descendants de Juan Sánchez de Murga ont procédé à une restauration de l’édifice et de ses alentours, avec un résultat qui saute aux yeux. L’édifice est privé et n’est pas ouvert au public.

À noter enfin son incorporation à l’Inventaire Général du Patrimoine Culturel Basque, dans la catégorie Monument.

En savoir plus

OFFICE DE TOURISME DE LAUDIO/LLODIO
Parque Lamuza s/n
Llodio
JUILLET ET AOUT
Tous les jours de 09 h 00 à 14 h 00 et de 16 h 00 à 19 h 00
RESTE DE L’ANNEE
Vendredis et samedis de 11 h 00 à 13 h 00 et de 16 h 00 à 18 h 00.
COURRIER ELECTRONIQUE
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Localisation

Cet édifice emblématique est situé dans le cadre privilégié de la Vallée d’Ayala, à 50 minutes de Vitoria-Gasteiz par la N-622 et la A-624. Un parking commode est disponible à proximité de la propriété.

Galerie