Iglesia de Santa María de los Reyes

L’église Santa María de los Reyes est l’un des trésors de la cité médiévale de Laguardia. Sa construction initialement de style roman, au début du XIIe siècle, se prolongea jusqu’au XVe siècle et intègre surtout des éléments gothiques et de style Renaissance, le plus distinctif étant son portique sculpté de la fin du XIVe siècle, polychromé au XVIIe.

C’est l’un des rares portiques polychromes qui perdurent encore aujourd’hui en Espagne.

Le sanctuaire est situé au nord de la localité, protégeant les rues du vent froid qui descend des monts de Cantabrie, et occupe la surface équivalant à l’espace existant entre les trois rues longitudinales de Laguardia : celle de Páganos, dans la partie ouest, celle de Santa Engracia dans la partie est, et la rue Mayor au centre. C’est par cette dernière que s’effectue l’accès principal à l’église.

Sa construction se divise en plusieurs phases et périodes à cause de son étalement dans le temps et de la décision des autorités d’y apporter des réformes en fonction du style de chaque moment.

Les premiers vestiges artistiques sont situés dans la partie nord et nord-ouest à l’extérieur de l’église et datent du début du XIIe siècle, époque où commence la construction dans le style roman. L’édification se poursuit dans le style gothique aux XIIIe et XVe siècles, avec un agrandissement et plusieurs chantiers qui obéissent aux modes en vigueur à chaque époque.

Après une élévation du sanctuaire, des modifications sont introduites dans l’architecture, comme les voutes sur croisée d’ogives avec des tiercelets et des ajouts sur les colonnes centrales. C’est au XIVe siècle que se produit le changement le plus important : le portique d’accès à l’église.

Au milieu du XVIe siècle, le chevet de l’église est démoli pour l’agrandir, amenant par là-même l’extension et la transformation d’une partie de la croisée du transept et de l’abside, qui sont exécutées dans le style Renaissance. Et plus tard, au XVIIIe siècle, c’est au tour de l’Autel Majeur, œuvre de Juan de Bascardó de style Renaissance où l’on observe aussi du maniérisme et une pointe de Baroque.

Le portique

L’église Santa María de los Reyes surprend le visiteur avec son majestueux portique polychrome où dominent les ors, les ocres, les rouges et les verts et qui à lui seul justifie la visite à Laguardia pour tout amateur de bon art. Sculpté dans la pierre à la fin du XIVe, soit à la période gothique, il ne sera polychromé qu’au XVIIe.

Dans la partie inférieure, le meneau est flanqué des apôtres sur les jambages. Dans la partie supérieure, le tympan est surmonté des archivoltes. L’iconographie se centre principalement sur la Vierge, qui préside le portique sur le meneau, et sur le tympan, où sont représentées des scènes de sa vie.

Le meneau

Au centre, entre les deux arcs trilobés du portail d’accès au temple, on observe une statue délicatement sculptée de la Vierge portant l’Enfant dans son bras gauche. Le regard est attiré par la douceur de son regard et par sa pose, dont la ceinture arquée pour supporter le poids de l’enfant transmet une sensation de parfait équilibre dynamique. La richesse des coloris et des détails de cette sculpture font l’admiration du spectateur.

Les apôtres

Les apôtres en deux groupes de six flanquent le meneau, avec une particularité : Judas Iscariote y est remplacé par saint Paul ; tous portent dans leurs mains un livre et sont représentés avec les symboles qui les identifient habituellement.

Tous les apôtres sont en pied sur des piédestaux artistiques et surmontés de beaux dais qui servent à leur tour de socle pour les figures des archivoltes.

Comme pour la Vierge Marie, l’œil est attiré par les riches coloris et les plis des tuniques.

Le tympan

Le tympan est formé de trois bandeaux : le premier est consacré à des scènes de la vie de la Vierge ; le second à sa Dormition – terme utilisé par l’Église catholique pour se référer à sa mort – et à l’Assomption ; le troisième, à son Couronnement.

Les archivoltes

Le tympan est surmonté de cinq archivoltes ornées de motifs végétaux et d’anges, de vierges, de prophètes, de rois et de martyrs.

L’iconographie laïque

Sur un pan étroit du portique, à droite, on observe les représentations d’un roi et son épouse, traditionnellement identifiés comme Sancho Abarca, Sancho Garcés I (roi de Pampelune de 905 à 925) et son épouse Urraca, fondateurs de la cité de Laguardia, même si une thèse plus récente les attribue aux promoteurs du portique, Charles III Le Noble et son épouse Leonor de Trastamara, infante de Castille.

En savoir plus

L’Office de Tourisme de Laguardia organise des visites guidées de l’église Santa María de los Reyes et de son portique polychrome. Ces visites comprennent un spectacle lumineux intitulé « Le portail de la lumière » projeté sur le propre portique, et une explication didactique sur le sanctuaire.

Commentaires

  • L’horaire pourra être interrompu par des célébrations liturgiques.
  • Pour la visiter, il est préférable de réserver (les places sont limitées).
  • Durée : environ trente minutes.
OFFICE MUNICIPAL DE TOURISME DE LAGUARDIA
Calle Mayor, 52
01300 Laguardia
TELEPHONE
COURRIER ELECTRONIQUE
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Localisation

Cette localité est située à 48 kilomètres de Vitoria-Gasteiz par la A-2124 à travers le Col de Vitoria et par la BU-750 jusqu’à rejoindre la N-232a qui nous conduira à notre destination. L’alternative à ce trajet, intéressant du point de vue du paysage, est de prendre la A-1, la N-124 et la N-232a.

Laguardia se trouve à moins de 20 kilomètres de Logroño par la N-232a.

Liens

Galerie multimédia